De la tendance des chats à gyrer en gidouille

Written by Gregory Haleux


gravure extraite de Conrad Lycosthenes,
Prodigiorum ac ostentorum chronicon. Bâle, 1557.

 

J’eus alors l’occasion de remarquer la bêtise des Hommes qui se disent savants. Parmi les docteurs et autres gens appartenant à la société de ma maîtresse, il y avait ce Simpson, espèce d’imbécile, fils d’un riche propriétaire, qui attendait un bénéfice, et qui, pour le mériter, donnait des explications religieuses de tout ce que faisaient les Animaux. Il me vit un soir lapant du lait dans une tasse, et fit compliment à la vieille fille de la manière dont j’étais élevée, en me voyant lécher premièrement les bords de l’assiette, et allant toujours en tournant et diminuant le cercle du lait.
— Voyez, dit-il, comme dans une sainte compagnie tout se perfectionne : Beauty a le sentiment de l’éternité, car elle décrit le cercle qui en est l’emblème, tout en lapant son lait.
La conscience m’oblige à dire que l’aversion des Chattes pour mouiller leurs poils était la seule cause de ma façon de boire dans cette assiette ; mais nous serons toujours mal jugées par les savants, qui se préoccupent beaucoup plus de montrer leur esprit que de chercher le nôtre.

 

Honoré de Balzac, extrait de « Peines de cœur d’une Chatte anglaise »
in Vie privée et publique des animaux,
éditions des Grands Champs, 2012. Tome 1, p.109

 

 


gravures extraites de Johann-Georg Schenck,
Monstrorum historia memorabilis. Francfort, 1609
et de Fortunio Liceti, De monstrorum caussis,
natura et differentiis
. Padoue, 1634.

 

 

Ainsi Jean Palfyn traduit-il Fortunio Liceti rapportant le témoignage de Conrad Lycosthenes :

 

L’An du Seigneur MDLIV, une Chatte qui étoit dans ma maison à Basle ayant fait quatre petits d’une seule portée, j’ordonnay huit jours apres qu’on les jettast dans l’eau : mais la servante se disposant à m’obeïr en remarqua un d’une structure toutafait extraordinaire, c’est qu’il avoit les piés contournés en ligne Spirale.

Fortunio Liceti, Traité des monstres, de leur causes, de leur nature,
& de leur differences
. Leyde, 1708. Traduction de Jean Palfyn p.16

Comments: 1

  1. Lacenaire says:

    Et c’est à fin qu’ils ne gyrassent point en gidouille que Pablo Picasso ajouta:
    « Le chat mange l’oiseau Picasso mange le chat et la peinture mange Picasso. »

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *