Le poète moutonne

Written by Gregory Haleux

Dessin de Gary Larson

 

 

« A cette époque, comme à toutes, la masse de ce qui s’écrivait en poésie était plutôt terne. Les poètes, semblables aux moutons du marchand ennemi de Panurge se précipitaient, dans leur masse, comme toujours, comme aujourd’hui, à la poursuite de quelques poètes-phares, qui s’appelaient alors, disons pour simplifier, Breton, Éluard ou Aragon, Char et peut-être déjà Du Bouchet ou Bonnefoy. Quand on se met à écrire des poèmes on fait partie de cette masse moutonnière et on risque d’être entraîné par elle dans l’océan de l’habitude, et de s’y noyer. Pour illustrer la démarche qui fut celle de Roche, je prendrai un dessin de Larson dans The Far Side : on y voit une longue colonne épaisse de moutons se précipitant, les uns derrière les autres, tête baissée, dans les flots tumultueux de l’océan. Mais parmi eux on voit qu’il y en a un qui a mis une bouée. »

 

Jacques Roubaud, « Denis Roche, classique pour tous »
in Magazine Littéraire n°330, mars 1995

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *