Dixième entretien avec le Poète

Written by Gregory Haleux

— Comment vous appelez-vous ?
— M…, Alexandre M.
— Votre âge ?
— J’au… cinquan…te ans… au… pre…mier… juan…vier…
— 1er juillet ?
— En juan…vuier… jue suis né… en… mil…huit cent… soi…xante deux… à Rouo…chefort-sur-mer.
— Votre profession ?
— Ah, je suis rentier… et millionnaire… ah! milliardaire. Oui. Je vous ai donné mon état civil. Maintenant, je vais vous donner l’état civil de mon frère, à la suite du mieun. 11 avril. Oui. Non, c’est mon frère, qui est né… en avril. A la date du 11 avril. Du 11. Qui est né. A Cognac. A Cognac, où on fabrique le meilleur cognac, dans le châ… le meilleur cognac dans le château de François Ier. Il y a un château magnifique, là-bas. Un château construit en 1568. Construit avant l’an mil. Avant que Françou…ois monte sur le trône. (Paroles inintelligibles, puis : ) Je…e…e ne…e…e.. me…e…e… ra…a…a…ppelle ppplu…u…us… Je fais des études, en ce moment… et des dessins en couleurs. Je fais tous les métiers… je suis milliardaire… et je vous donnerai un milliard, pour vous… quand j’aurai fini toutes mes explications.. ça dépend… le temps que ça durera… par bateau… pour trou…ouver les moyens… ce qu’on peut faire… j’ai vu… Paul… m’ai..der… Paul… j’ai peur d’y… rester… par le froid… je vais quelquefois… je vais quelquefois… à Mille…duc… et je retourne… prendre… quelconque… je m’embar.. à… pour 8 jours… à faire la tra…trave…ve… je traverse… où c’est New… York… je vais quelquefois… par Dunkerque… là je descends… à la gare de Lille… et j’attends!… je dors pas… je prends un omnibu… un auto…mobile fermé, si c’est en hi…hiver… qu’il fait bien froid et… et j’achète un pli…gli…gliant… j’ai un petit lit que je… ferme… un coupé… pé compéartiment… et je je… reste seul… et je me couche là au milieu du com…comparti…gliment, qui est fermé, qui a une serrue à co…co…crochet (paroles inintelligibles, puis : ) et voyage… pour prendre ma… et je l’enlève avec ma main droite… rester pour m’embarquer… pour le départ… je reste les pieds… vu…u…ers le départ, je reste les pieds… je vais prévenir… vers le départ… quand je…

 

[in Dr. G. Revault d’Allonnes, L’Affaiblissement intellectuel chez les déments.
Librairie Félix Alcan, 1912. p.136]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *